ACCUEIL

HISTOIRE & ANECDOTES

1908 - 1949

 

 

 

 

                 

 

Dans ce petit journal d'antan, grands évènements ou simplement petites anecdotes....

En cas de recopiage d'informations publiées ici, merci de respecter votre source. 

 

 

DERNIERE MODIFICATION : 26/09/2018

 

PERIODES :  1908-1949 / 1950-1959 / 1960-1969 / 1970-1979 / 1980-1989 / 1990-1999 / 2000-2009 / 2010-2019

 

 

DANS CETTE PAGE : 1908 / 1909 / 1910 / 1911 / 1913 / 1915 / 1916 / 1918 / 1919 / 1920 / 1921 / 1922 / 1923 / 1924 / 1925 / 1926 / 1927 / 1928 / 1929

1930 / 1931 / 1932 / 1933 / 1934 / 1935 / 1937 / 1938 / 1939 / 1940 / 1941 / 1944 / 1945 / 1946 / 1947 / 1948 / 1949

 

 

1908

15 OCTOBRE 1908

Démarrage des travaux de la création de l'aérodrome Port-Aviation par la Société d'Encouragement à l'Aviation SEA fondée le 30 juillet 1908. C'est la Compagnie d'Aviation qui est en charge de sa gestion.

1909

01 AVRIL 1909

Bénédiction de l'aérodrome de Port-Aviation par Monseigneur Amette sous une pluie battante.

23 MAI 1909

Inauguration de Port-Aviation par le ministre des transports Léon Barthou. Ce champ de vol d' est composé de 3 pistes en circuit de 1 000, 1 500, 1 645 m de périmètre puis à l'autome une 4ème de 2 000 m. On y trouve des hangars, des ateliers de réparations, des tribunes, des restaurants, des bars, des maisons de garde et le téléphone. Suite au mauvais temps, ce n'est qu'en début de soirée que seul l'aviateur Delagrange décolle sur son Voisin. 30 000 spectateurs sont présents.

07 SEPTEMBRE 1909

Mort du premier aviateur sur le terrain, Eugène Lefèbvre sur Wright lors d'un vol d'essai. Après un passage à 10 mètres, l'avion a piqué du nez.

1.     2.

1."Le Petit Journal" du 08/09/09 / 2. "L'Aérophile" du 15/09/09

03 au 17 OCTOBRE 1909

Après de nombreux exploits, meetings, fêtes aériennes, se tient la Grande Quinzaine de Paris.

  

1910

JANVIER 1910

Suite aux inondations de la Seine à Port-Aviation, le terrain est déclaré inutilisable le 21 janvier.

02 MARS 1910

C'est le 2 mars que l'aviateur Gaudart vole de nouveau à Port-Aviation, au dessus du lac formé par les inondations.

1911

18 OCTOBRE 1911

Alfred Auger effectue le premier atterrissage de nuit en France, à Port-Aviation en provenance de Buc.

1913

04 NOVEMBRE 1913

Suite à des problèmes financiers, de recouvrement d'impôts, le terrain est vendu à l'entrepreneur M. Picketty, exploitant de gravières de Juvisy. Son sous-sol n'étant pas exploitatable, le projet est d'y construire un lotissement.

1915

AVRIL 1915

L'escadrille du Royal Flying Corps britannique s'installe à Port-Aviation.

20 SEPTEMBRE 1915

L'armée réquisitionne le terrain pour y installer la nouvelle école de pilotage militaire sur Caudron.

1916

1916

Un habitant de Villeneuve-le-Roi dit avoir vu un avion à cocarde tricolore, perdu dans le brouillard, faire un atterrissage forcé devant le café du Fer à Cheval, auprès de la ligne de chemin de fer Massy Palaiseau.

1918

 

(c) Wikipedia

01 JANVIER 1918

Premier hangar Bessonneau du camp d'aviation militaire construit sur 11 hectares sur le plateau de Longboyau réquisitionné par l'armée près de la ferme de Contin.

31 JANVIER 1918

Les américains s'installent sur le camp.

18 FEVRIER 1918

L'escadrille Lafayette (103rd Air Pursuit Squadron), composée de volontaires américains, s'y installent aussi.

31 MARS 1918

Les américains n'ayant pas assez d'avions, ils devaient s'en procurer auprès des gouvernements alliés. Il a alors été décidé d'établir un terrain d'accueil où ces appareils seraient réceptionnés, inspectés, testés, armés, soumis à des essais en vol.

Le terrain, composé de 3 champs, est aménagé par le 56th Aero Squadron arrivé dès octobre 1917 (re-baptisé 468th Aero Sqn le 01/02/18) autour de la ferme de la Vielle-Poste au nord de la ferme de Contin le long de la route de Fontainebleau, la route de Villeneuve à la Vieille Poste et la route de Paray à Orly.

La 6ème compagnie du 2ème régiment de mécaniciens de l'aviation, sous le commandement du capitaine Harold H. Ambler, arrive depuis Tours, à bord de vingt cinq camions et prend ses quartiers sur le terrain d'aviation. A cette époque, il n'y avait que deux baraquements à peine terminés et encore loin d'être habitables. Cette nuit-là, les hommes de la 6ème compagnie dormirent dans les camions.

C'est le début du camp d'Orly-Villeneuve.

 

Un témoin raconte :
<< les cultivateurs ont toujours dit : les Américains sont arrivés avant la moisson. Les blés étaient prêts à être fauchés, et ils sont entrés dans les blés. Cela a écoeuré les cultivateurs, d'avoir vu leurs récoltes massacrées. Ils ne leur ont pas laissé le temps de la rentrer. Ils ont dit : Bon, on vous indemnise, et ils sont entrés : c'étaient des terrains, voilà tout. Ils ont décidé que cette surface là, ils la prenait pour faire un camp. Le premier camp partait de la route d'Orly et allait jusqu'à Villeneuve le Roi. Après, ça s'est beaucoup agrandi, à la fin de la guerre, en 1918. A côté il y avait des Belges, ils apprenaient à monter en avion. En 1918, c'était absolument militaire. Il n'y avait rien. Les avions roulaient sur l'herbe. Il n'y avait aucun hangar. Les Américains avaient apporté leurs baraquements, leurs tentes. >>

01 AVRIL 1918

Raid aérien vers 02h30 du matin d'avions allemands. Les américains se dépéchèrent alors d'achever les 2 baraquements et débutèrent la construction d'un 3ème.

06 AVRIL 1918

31 Spowith 1 A.2 (biplace d'observation) arrivent depuis l'aéroport du Bourget pour être livrés aux américains.

27 JUILLET 1918

Le colonel T.A. Baldwin (de l'Air Service américaine) prend le commandement relevant le capitaine Ambler. 
Les trois champs avaient été transformés en un immense terrain d'aviation comptant 78 hangars, des dizaines de bâtiments annexes, des kilomètres de route revêtues de mâchefer, et les installations techniques d'approvisionnement en électricité, en eau, en téléphone.

 

Message noté sur le plan: "This is a copy of the original blue print of Orly AirportThe 6th Co., 2nd Air Service Mechanic -Regiment put up the first barrack on Easter Sunday, 1918. I was Sgt. Major of the field until after the Armistice. signature Charlotte, USA" (collection V. Ferry)

11 NOVEMBRE 1918

Le jour de l'armistice, 323 officiers et 2 283 hommes américains sont présents sur le terrain.

1919

01 AVRIL 1919

L'escadrille 227 (service géographique) équipée de 10 Breguet XIV arrive du Bourget et s'installe sur le terrain.

12 AVRIL 1919

Fête d'aviation franco-américaine en présence de Mme Wilson. 50 as américains et français y participent.

NOVEMBRE 1919

Départ des troupes américaines.

1920

1920

Nouvelle bataille d'expropriation pour agrandir le terrain au Sud (150 hectares supplémentaires).

AOUT 1920 ?

Ouverture de l'aérodrome civil d'Orly. La partie sud de l'aérodrome reste une base militaire, notamment pour l'Aéronavale. D'après l'atlas de la DGAC, le terrain fut "…chargé, au sein du ministère de la Guerre, du stockage du matériel aérien de guerre, le service des entrepôts généraux de l’aviation s’installa à Orly au lendemain des hostilités mais ne maintint que brièvement la destination strictement militaire du terrain"

1921

1921

Ouverture du centre d'entrainement des pilotes mobilisables créé par Paul-Louis Richard.

  

Ouverture de l'école Nungesser.

1.   2.

1. carte postale / 2. source: Livre Le Chevalier du ciel: Charles nungesser de Marcel Jullian

 

Construction du bâtiment de commandement à 2 étages.

A port-Aviation, les lotissements augmentent et la seule trace aéronautique restante est l'hôtel (encore debout dans les années 2010 à Viry-Châtillon).

FEVRIER 1921

Dans la publication mensuelle 'Bulletin de la navigation aérienne', nous trouvons trace de l'aérodrome Orly. Dans le numéro 11 de février (2ème partie, page 203), il est écrit "Entrainement des pilotes civils: Les pilotes de réserve peuvent s'entrainer dans les centres d'Orly, d'Angers, d'Orléans, de Clermont Ferrand et de Bordeaux sur les avions affectés de type Caudron G-3".

MARS 1921

Dans la publication mensuelle 'Bulletin de la navigation aérienne' numéro 12 de mars (page 211), il est noté: "Orly, altitude 89 mètres, position 48°44 N, 2°23 E, à 10 km de Paris, zone d'atterrissage 800 x 750, abri 2 hangars 34 x 30 x 8,5m, 2 hangars 20 x 30 x 4,5m, réparations, ravitaillement en huile de ricin, pas d'essence, n° de téléphone Gobelins 47-65, inter 834."

JUIN 1921

Carte de l'IGN montrant la position des futurs hangars à dirigeable en bas, la construction des 3 grands hangars métalliques et des bâtiments techniques autour de l'aérodrome. En haut à droite, l'école Nungesser et à côté les 4 hangars du premier emplacement du centre d'entrainement P.L. Richard.

21/06/21 (c) IGN

- 1921

Début de la construction de 2 hangars à dirigeables par Freyssinet. Ces hangars sont construits pour abriter les 2 Zeppelins Méditerranée et Dixmude (68500 m3 d'hydrogène, 226m de long) cédés par l'Allemagne après la fin de la 1ère guerre mondiale.

 

1.   //   2.

1. Fig.254. Hangars d'Orly : élévation du tronçon central.   //   2. Fig.255. Hangars d'Orly

3.   //  4.

(c) BNF

 

Chaque arc de la voûte est coulé dans des coffrages reposant sur un cintre. Lorsque le béton est suffisamment durci, le cintre est abaissé pour le décoller de l’arc qui vient d’être coulé, déplacé ensuite de quelques mètres et rehaussé dans la position de l’arc suivant. On coulait en 1921 un arc par semaine. L’ouvrage est spécialement conçu pour permettre l’utilisation d’un cintre unique en bois cloué se déplaçant parallèlement à lui-même sur des rails. (c) Efreyssinet-association.com

1922

Ma 14 MARS 1922

Albert Eichelbrenner, 24 ans, chef pilote à l'école Nungesser, est tombé en essayant un appareil Nieuport. Il est mort à l'hôpital Cochin où on l'avait transporté.

"Cherbourg-Eclair" n°1145 du 15/03/22

25 JUIN 1922

Manifestation pour célébrer le millième pilote inscrit au centre d'entrainement d'Orly.

1923

1923

Première coupe d'aviation Zenith entre Orly et Lyon Bron (385 km sur 2 jours, récompense 45 000 francs distribués). Course de consommation, le vainqueur, Lucien Bossoutrot, est celui qui, avec la plus grande vitesse, aura consommé le moins.

22 AVRIL 1923

L'aviateur Baudet, appartenant au centre des pilotes civils, s'entraîne au camp d'aviation d'Orly. A une certaine hauteur, le moteur s'est arrêté et l'appareil s'est abattu sur le sol. L'aviateur a été tué sur le coup.

"Le Petit Journal" n° 22012 du 23/04/23

30 JUIN 1923

Les 2 hangars à dirigeables sont terminés. Ils mesurent 300m de long, 100m de large, 58m de haut, ce sont les plus grands du monde.

 

1.   //   2.

1. -   //   2. Carte postale n° 3184. Camp d'Aviation d'ORLY - Hangar à dirigeables (E.M.)

 

3.   //   4.

Cartes postales 3. n° 3175. Camp d'Aviation d'ORLY - Les Hangars (E.M.)   //   4. ORLY - Les Hangars à Dirigeables (Aero-Photo D.2)

 

Histoire de leur contruction - (c) Paris-Architecture.info / Traduction Google Translate

Histoire
Les cintres de dirigeables à Orly, France ont été construits par Eugène Freyssinet entre 1921-1923.The programme qui Freyssinet nécessaire pour suivre stipulé que une sphère avec un rayon de 25 mètres a dû s'adapter, dégagée, dans le hangar. Les bâtiments ont été soigneusement dimensionés afin qu'ils puissent accueillir les dirigeables sans beaucoup d'espace supplémentaire entraîne des coûts supplémentaires et les contraintes de construction. Les hangars ont été détruits durant la Seconde Guerre mondiale par l'aviation américaine.

Description physique
Les deux hangars étaient 175 mètres de long, 91 mètres de large et 60 mètres de haut et ont été construits sur un petit aérodrome. L'enveloppe du bâtiment est constituée d'une série d'arcs paraboliques, chacune formée sous la forme d'une voûte, qui lorsqu'il est connecté, a créé un nouveau modèle undu Lating, similaire à celle de carton corregated. Chaque arc individu a été fabriqué à partir de composants empilés séparés, 7,5 mètres de large. Ces composants coniques en profondeur et mesurer 4,4 mètres de profondeur à la base des arcs et 3,4 mètres à la couronne. Th e durée complète d'une base à 86 mesurée meters.The propriétés spécifiques du béton nécessaire pour les hangars étaient: compactage sorte que la structure serait imperméable, permettant la fluidité pour le béton à couler entre des moules placés v Ery rapprochés et rapidement durcissement de sorte que les moules peuvent être réutilisés rapidement. Ces propriétés ont été obtenues en utilisant un mélange de 350 kg de ciment et de 1000 kg d'un mélange naturel de sable et de gravier. Des fenêtres ont été situé sur la partie la plus extérieure des arcs à partir d'une hauteur de 20 mètres. Les fenêtres ont été construits d'un verre spécial renforcé de couleur jaune qui a été utilisée pour fournir de la lumière et de protéger les dirigeables des radiations dangereuses.

Processus de construction
Les moules pour les composants ont été faites de pin planches. Le béton qui a été versé a été renforcé avec de l'acier et les moules ont été eux-mêmes souligné avec tirants qui traversent les éléments pour créer béton précontraint. Une fois que le béton a été fixé, le moule a été retiré et ensuite placé dans l'endroit prochain à recevoir la coulée suivante. Ce processus se est poursuivi en unités gérables intil l'arc parabolique était completed.An cadre élaboré a été constructd de tenir jusqu'à l'arc comme il a été formé. Le cadre a été faite de bois clouées ensemble et un réseau sophistiqué de câble sangle a été utilisé pour maintenir en tension pendant la construction.

Description structurele / Aspects

Latérale (Vent) Chargement:
Le chargement latéral d'un arc par le vent est probablement l'une des forces les moins désirés qu'un arc veut à subir; en particulier lorsqu'il se présente une face 60 par 175 mètres qui doit recevoir cette charge.
Depuis les arches dans le hangar à Orly veulent travailler seulement en compression, tout résultat de branchies de chargement latéral dans les forces de traction dans l'arc - qui sont des charges difficiles pour un matériau en compression comme en béton armé pour entreprendre. Une des méthodes habituelles de lutte contre les forces latérales dans un système de cadre, contreventement, aurait été efficace, mais depuis l'intérieur a servi comme un hangar, il devait être libre de tout obstacle. Pour cette raison, une autre approche a dû être prises et Freyssinet résolu par la stabilité latérale ng designi dans les arcs eux-mêmes. Cela a été fait par pliage du matériau des arcs un peu comme dans corregated carton.
La section repliée des arches permet aux éléments d'agir comme une poutre composite résistance aux forces latérales au lieu d'agir comme plan fragile, comme un morceau de papier. Ce faisceau d'arc, comme nous allons l'appeler, ressemble à un faisceau de canal où une grande prtion du matériau de la poutre est enlevé de l'axe central, therefy augmentant le rayon de giration (r). L'augmentation de la r peut être dérivée de l'équation r est égal à la racine carrée du moment d'inertie divisé par la surface. Si le moment d'inertie est augmenté (et augmenter en h) et la surface du matériau est constante, alors r augmentera aussi.

Se il est vrai que l'effet de l'augmentation de la r et je aimerais beaucoup plus dans l'explication ci-dessus si le système whold a été retiré du axe central, ce ne est pas possible dans une forme d'arc, qui est chemin de charge doit être dans le tiers médian ent élém pour être stable et en compression complète.

L'autre grand élément de stabilty contre le vent, ce est que le chargement du poids de la structure elle-même ou son inertie. L'inertie des arches donne aux membres assez chargement vertical qu'un chargement latéral ne doit passer le chemin de charge une petite marg en V et sera maintenue dans le tiers médian des membres. Lorsque le vent se charge d'un côté de l'immeuble, la tendance de ce côté est d'aller dans la tension et de l'autre côté se met en compression. Avec le grand poids de la structure mais, compte tenu de la densité du béton, les charges de vent ne auront pas agreat effet et si il ya une grande fo deal liquider l'acier d'armature (qui agit mieux dans la tension) va gérer les forces de traction sur le vent côté.

Un autre avantage de la forme de la voûte plantaire contre la charge latérale est celui de sa géométrie. La vitesse du vent (et donc des charges) augmentent à mesure que leur hauteur à partir de la terre augmente, donc plus on construit, plus les charges de vent seront. Avec rs Membe continues comme dans cet arc, le plus la charge est de l'appui, plus le moment ou potentiel pour un moment sur les supports. Dans ce cas, la liaison rigide est iarch avecA fixe de sorte que le soutien devra résister à ce moment que seront les membres de l avoir à résister à la flexion que le vent va pousser dans une direction et le moment réactionnaire agir dans l'autre sens. Juckily, le, profil arrondi décroissante du sommet de l'arche répond à cette charge en augmentant l'angle à laquelle le salut du vent ts les arches. L'angle d'incidence inférieur puis, donne moins d'une charge sur la structure et moins de stress pour le matériau.

Chargement verticale de la structure

Depuis les hangars de dirigeables sont situés en France, juste au sud de Paris, leur seul chargement vertical notable sera celle de la structure elle-même. Les charges de neige dans la région sont presque négligeables en raison de la clibate hiver doux. Cette poule w particulièrement vrai on regarde l'Wight comparable de la structure.

Pour un vrai arc parabolique soit couronnée de succès, le chemin de charge doit être dans le centre ou "tiers médian" de l'arc par rapport à la fois sa largeur et la profondeur. Ce doit être vrai pour les sections sur toute sa longueur. Si le chargement ne tombe pas withi n ce domaine, miments se produiront dans l'arc et de mettre des forces de traction dans les matériaux qui dans ce cas est en béton armé et si elle fonctionne mieux que les arches en maçonnerie antérieures, seront stressés et souffrent d'une fissuration externe . Cette ation de l'arc CONFIGUR permet de fonctionner en compression pure, ce qui est le but du générateur.

La section transversale des arcades, qui constituent la structure en voûte de la hangare, augmenter en taille comme ils descendent de chaque côté de l'arche. Cette augmentation est due à l'augmentation de la charge qui est accumulée que les arcs se rapprocher du sol. L a contrainte dans un élément est égale à la force divisée par la surface, pour ainsi conserver une contrainte constante à l'arc, la zone doit augmenter en phase avec la charge croissante (en poids).

Le transfert effectif de la charge verticale du haut de la structure commence au point de la couronne de l'arc rétréci et les angles sur et vers le bas dans une direction essentiellement latérale. Grâce à cette faible pente au sommet de la voûte, une relativement grande quantité de compression est repris par ceux-ci, même une petite charge verticale se traduira par une charge beaucoup plus élevée dans l'élément latéral vers le bas. Ces charges sont ajoutées à la masse par des organes de réception qui sont de plus en plus piqué du nez et donc plus efficace des porteurs de la charge. wth la charge ajoutée au-dessus et leur propre poids, ces membres traduisent la force vers le bas avec une grande partie de la même contrainte parce que la région est en augmentation comme ce est la charge. Cette progression continue vers le ING ressort des voûtes.

La retombée des voûtes commencer juste au-dessus de la fondation et son épaisseur comparitive montre la nécessité de la charge verticale qui sera distribué sur le sol. Les sections transversales des passages augmentent en épaisseur de façon plus spectaculaire ici en descendant les 16 derniers mètres ot la fondation. Ce est le point de les arches qui changent de leur forme articulée dans un élément plus massive qui répond le haut de la fondation. Ces éléments sont encore légèrement orientés à ce stade et il ne est pas jusqu'à ce que t-il en bas fo la fondation que le chargement aura une composante complètement verticale.

La fondation pour les voûtes a été creusé assez profond pour se assurer que cela aurait un résistance à la compression surprenante.le pour supporter le poids de cette structure colossale. Plaquettes horizontales de béton profonde ont été portées avec un léger angle vers l'intérieur vers le centre des hangars pour recevoir les éléments élastiques qui devaient être mis sur le dessus de ces plots de fondation. La terre ci-dessous, qui doit être d'un haut degré de résistance à la compression doit être égal à la charge de la fondation afin qu'elle soit en équilibre. La PTH de de la fondation est ce qui était nécessaire pour le chargement de l'arc pour être totalement verticale. Ce était une sage décision et très efficace pour Freyssinet, parce que si la charge avait atteint verticalité plus tôt, dans le jaillissement, beaucoup de béton aurait ben gaspillé à élever l'arc dans l'air unneccesarily.

Conclusions
Le concept de béton précontraint a ensuite été breveté par Freyssinet en 1928. Ce processus a permis la contrainte initiale des membres de réaliser beaucoup plus de charges et de lutter contre la déformation fo le béton.
Bibliographie
Fernandez, Ordonez et Fressinet international. Eugène Freyssinet. Romagraf, Barcelone, 1979.
Gossel et Leuthäuser. Architecture au XXe siècle. Benedikt Taschen, Allemagne, 1991.
Peel, Powell et Garrett. Twentieth Century architecture. Quintet Publishing Ltd, London, 1989.

Merci aux auteurs de l'étude, Sheldon Berg et Edward Exécution. ARCH 461 printemps 1995 / http://www.paris-architecture.info/PA-001.htm

 

Inventaire Topographique 1991 : http://www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/HTML/IVR11/IA00089815/index.htm

20-21/21-22? JUILLET 1923

Départ de la Coupe Zénith entre Paris-Orly et Lyon-Bron et retour le lendemain et dont le but est de couvrir le vol sans escale et avec la plus faible consommation. 6 participants au départ et 4 à l'arrivée le lendemain.

AOUT 1923

Le dirigeable Dixmude arrive à Orly pour l'aéronavale française.

20 DECEMBRE 1923

Le dirigeable Dixmude est pris dans un orage et disparait entre la Sicile et la Tunisie. Le dirigeable Méditerranée est mis en réserve et ne vole plus. Les 2 hangars sont alors inutilisés avant finalement d'abriter des avions.

1924

     

1924 (c) IGN / Carte Postale / F-AHAX - entre 1922-1925

1924

2ème coupe d'aviation Zenith entre Orly et Lyon Bron (7 concurrents) remportée par les pilotes Jules Patin et René Caudron sur C-27 F-ESAG.

13 JUIN 1924

Record féminin du nombre de looping réalisé par Adrienne Bolland avec 212 looping en 73 minutes.

Adrienne Bolland (1895-1975) est surtout connue pour avoir réalisé l’exploit de  traverser la Cordillère des Andes le 1er avril 1921 à bord d’un Caudron GIII. Mais en 1922 de retour en France, profitant de sa notoriété, elle effectue de nombreux meetings aériens durant lesquels elle exhiba ses capacités techniques. La veille du meeting de Vincennes de juin 1924, dans un but de publicité, elle tenta de battre de le record mondial des looping détenu par Alfred Fronval qui était de 1111. Dans ce but, elle décolla d’Orly dans l’un des deux Caudron C.27 (F-AGAP ou F-AGAQ photo ci-dessus) enregistrés à son nom depuis le 27 février 1924 et réalisa 212 loopings en 73 minutes. Elle ne put aller plus loin pour des raisons techniques mais elle obtint tout de même le record du monde féminin invaincu à ce jour.

Voici le témoignage d’Adrienne Bolland paru dans la revue Icare n°51 : Les meetings d’avant guerre.
« A mon retour d’Amérique du Sud – c’était en 1922 -, je me retrouvai sur le sable. Il fallait bien faire quelque chose pour vivre et je ne savais que piloter.
C’est ainsi que j’ai commencé à faire professionnellement des meetings, avec mes amis Robin et (ndlr : Maurice) Finat.
Avant le premier meeting de Vincennes (je crois que c’était en 1924), Finat m’avait demandé d’essayer de battre le record mondial des loopings, la veille… pour la publicité.
Le record féminin lui suffirait, mais je ne voulais pas me sentir inférieure aux hommes et je voulais battre le record détenu par (ndlr : Alfred) Fronval, avec 1 111 loopings. En décollant à Orly, j’étais absolument décidée à en faire 1 112… au moins.
On me faisait des signes au sol pour m’aider à les compter: une bande blanche par série de cinq, une bande en travers par série de cent, etc. Tout s’est très bien passé d’abord. C’était assez fatigant mais je tenais bien le coup. L’avion, beaucoup moins..,
II avait des haubans, bien entendu, maintenus par des fusées aux points de croisement. Ces fusées se sont envolées les unes après les autres, et très vite la voilure s’est mise à battre au gré du vent. J’ai été obligée de m’arrêter à 212 loopings en 73 minutes. J’étais affreusement déçue, mais c’était tout de même le record du monde féminin (je l’ai encore, par parenthèse). Finat était très content: sa publicité était faite… »
(c) passionpourlaviation.fr

14 JUIN 1924

Départ de la Coupe Zénith entre Orly et Lyon Bron. 9 engagés, 7 partis et 2 seulement arrivés à Lyon à cause du mauvais temps au départ d'Orly.

07 SEPTEMBRE 1924

1er concours d'aviation de tourisme organisé par l'Aéro-Club de France (230 000 francs de récompense). Départ d'Orly pour 11 jours avec 18 étapes, 2120 km. Concours remporté par Labouchère - Favreau sur Potez VII (sur 17 participants).

1925

1925

3ème coupe d'aviation Zenith entre Orly et Lyon Bron (385 km sur 2 jours).

 

La société créée par Paul-Louis Richard pour l'entrainement des pilotes réservistes changent de nom et de vient la Société France-Aviation

03 MAI 1925

Fête de l'Aéronautique-Club.

Vers 18h, le cinématographiste de la maison Pathé, Paul Klairval, est tué par l'hélice d'un avion qui le heurta au moment de l'atterissage. Klairval voulait photographier un parachutiste.

  

"Le Petit Parisien" du 04/05/25 / "Le Petit Parisien" du 06/05/25

31 MAI 1925

Le pilote Bellancourt se tue lors du départ du rallye aérien de l'Aéro-Club d'Auvergne. A 50 mètres du sol, son avion se mit en vrille et tomba au sol.

Le pilote civil Louis Belmont se tue sur son Spad VII après une chute de 60 mètres.

   

"Le Petit Parisien" du 01/06/25           /        "Le Peuple" du 01/06/25

Di 27 SEPTEMBRE 1925

2ème concours national de tourisme aérien doté de 215 000 francs et organisé par l'Aéro-Club de France afin de démontrer que l'avion est le meilleur moyen de transport à des fins touristiques. Cette compétition comporte 8 jours pour 2 310 km avec escale à Lyon, Carcassonne, Pau, Poitiers, Nantes, Tours, Douai, Paris. 13 aviateurs ont passés les qualifications mais seulement 10 seront présents au classement final.

1926

19 FEVRIER 1926

Un avion militaire de Villacoublay piloté par l'adjudant Lehrs avec l'adjudant-chef Pierre Jouteux comme passager s'écrase. Jouteux succombent à see blessures.

"Le Petit Journal" n° 23046 du 20/02/26

06 JUIN 1926

1er Meeting annuel organisé par l'Union des Pilotes civils de Francs (UPCF) où son convoqués les meilleurs pilotes.

03 et 04 JUILLET 1926

Coupe d'aviation Zenith entre Orly et Lyon Bron (385 km sur 2 jours, règlement modifié, 55 000 francs de récompense distribués) remportée par Drouhin sur Farman F-70.

09 au 15 AOUT 1926

Concours d'avions économiques organisé par l'Association Française Aérienne (AFA), remporté par Thoret sur Avia BH-11 tchèque F-AHDY, le 2ème étant Descamps sur le même type avion.

1927

1927

La société de Paul-Louis Richard, la Société France-Aviation est racheté par Morane-Saulnier et devient la Compagnie France Aviation

01 AVRIL 1927

La Marine française s'installe à Orly avec l'EGAM (Entrepôt Général de l'Aviation Maritime)

 

1.   2.  3.

1. Le rond-point de la Marine   // 2. Les Pingouins (c) AAMAIDF // 3.Carte Postale

 

3.   //   4.

3. Vedette V7 dans l'un des hangars    //   4. Vedette V10 dans l'un des hangars (c) AAMAIDF

19 JUIN 1927

Fête de l'Union des Pilotes Civils de France.

 

Record de vitesse sur 100 km établit par Magnard sur un avion Albert (moteur Salmson, 151,821 km/h).

01 SEPTEMBRE 1927

Le Lieutenant Charles, commandant le détachement d'aviation militaire d'Orly tombe de 100 mètres et se tue avec son Caudron 27 "Libellule".

"Le Journal" n° 12738 du 02/09/27

20 SEPTEMBRE 1927

A 18h, à l'aérodrome d'Orly, 2 avions pilotés par le chef-pilote Estradère et l'adjudant Perron, s'accrochent et se brisent. Pas de blessé.

"Le peuple" n° 2445 du 21/09/27

1928

27 MAI 1928

Au cours de la fête aérienne annuelle organisée par l'Union des Pilotes Civils, vers 16h, un monoplan, Morane Saulnier 130, se posa trop court et entra dans les premiers rangs de la foule. Le bilan est d'1 tué, 13 blessés dont 3 grièvement. Le pilote Mingram (un réserviste de la Marine) est à la disposition de la justice militaire. Le meeting a continué car la plupart des spectateurs ne sont rendu compte de rien.

"Le Petit Journal" du 28/05/28

 

Premier vol d'un monoplan en bois, le Couzinet 10, baptisé Arc-en-Ciel avec à son bord René Couzinet, Maurice Drouhin et Giannoli, sans même avoir son certificat de navigabilité. (27 juin?)

08 AOUT 1928

le Couzinet 10, baptisé Arc-en-Ciel s'écrase.

13 au 21 AOUT 1928

Tour de France des avions légers organisé par l'Association Française Aéronautique.

09 au 21 SEPTEMBRE 1928

Concours d'avions légers organisé par l'AFA avec 14 avions de 3 pays. Le vainqueur est l'allemand Lusser sur Klemm, le 2ème Fisbach sur l'Albert F-AIVA.

18 DECEMBRE 1928

Arrivé de l'hélicoptère La Cierva pour rejoindre les établissements Weyman et Lepère qui se proposent de le construire sous licence.

1929

  

Carte Postale 3173. ORLY - Le Camp d'Aviation (E.M.)  //   Première photo couleur prise d'un avion 1929-1930? (c) ?

05 FEVRIER 1929

Le Bernard 197 GR baptisé 'France-Indochine', piloté par Antoine Paillard arrive à Orly à 16h30 en provenance d'Istres, pour parfaire sa préparation en vue d'un vol vers Saigon.

16 FEVRIER 1929

Départ fictif de la 1ère liaison commerciale entre la France et l'Indochine. L'équipage français composé des pilotes Paillard et Le Brix et du mécanicien Jousse. Ils partent à 12h40 d'Orly pour rejoindre Istres dans leur Bernard 197 GR 'France-Indochine'. Ils arrivent à 16h20. Le départ officiel se fera dans la nuit du 18 au 19 février 1929.

21 FEVRIER 1929

Un monoplan école s'abat à Wissous, à 4 km d'Orly. Le chef pilote Richard et le contrôleur Labbé sont grièvement blessés.

"Le petit journal" du 22/02/29

17 MAI 1929

Exposition et démonstration des Aéronefs Sanitaires.

01 au 20 AOUT 1929

Challenge international d'avions de tourisme (épreuve de consommation) organisé par l'Aéro-Club de France. 82 engagés dont 24 allemands, 14 français, 12 italiens, 3 anglais, 2 suisses et 3 tchèques répartis en 12 avions de moins de 308 kilos et 43 autres. Epreuves éliminatoires à Orly avant le Tour de l'Europe.

 

07 AOUT 1929

46 avions du Challenge d'aviation de tourisme partent d'Orly pour effectuer le Tour de l'Europe.

1930

Cartes Postales

01 MAI au 30 SEPTEMBRE 1930

Coupe d'aviation Zenith sur 1669 km (Orly-Tours-Bordeaux-Toulouse-Marseille-Lyon-Orly) à parcourir. Seul 3 participants sur De Havilland Moth dont le vainqueur Edouard Bret.

Di 18 MAI 1930

Fête aérienne de l'Union des Pilotes Civils.

20 JUIL au 07 AOUT 1930

2ème Challenge international d'avions de tourisme (circuit européen) organisé par l'Allemagne (départ de Berlin, escale à Orly).

AOUT 1930

Départ de la Coupe Dunlop Tour De France organisée par la société Dunlop.

04 AOUT 1930

Crash à l'atterrissage du Peyret-Mauboussin PM XI F-AJUL.

10 SEPTEMBRE 1930

Le Lieutenant de vaisseau O'Neill devait effectuer un vol de nuit aux commandes de l'avion Morane-Saulnier MS.130 n° 40 affecté à la section liaison et entraînement (SLE) d'Orly. Vers 20h, peu après le décollage, l'appareil a des ratés de moteur et part en vrille dans un virage et s'écrase au sol. Les 2 membres d'équipage sont grièvement blessés et transportés à l'hôpital militaire du Val-de-Grasse à Paris. Le quartier maître mécanicien Galau décède presque immédiatement et O'Neill a survécut jusqu'au 17 septembre.

"Le petit parisien" du 11/09/30

04 OCTOBRE 1930

Le pilote Goux et 4 passagers se tuent (trop bas).

1931

   

Vedette dirigeable (c) Ina / 1931 (c) ?

24 AVRIL au 10 MAI 1931

Départ du Tour de France des avions de tourisme organisé par le quotidien 'Le Journal' et l'union des pilotes civils de France. Seuls les compétiteurs au sol partent ce jour, les 41 aviateurs partiront le 25 et rentreront le 10 mai.

 

  

Ce 10 mai 1931, a lieu l’ultime étape du premier Tour de France des avions de tourisme, entre Douai et Villeneuve-Orly, où des épreuves de décollage, d’atterrissage et de vitesse sont prévues. Cette compétition, à laquelle prennent part automobilistes, cyclistes et aviateurs, a été organisée pour la première fois cette année par le quotidien Le Journal et l’Union des pilotes civils de France.

Deux départs ont été donnés l’un pour les compétiteurs au sol (cyclistes, automobiles), le 24 avril 1931 et l’autre pour ceux du ciel, le 25 avril 1931. Concernant les aviateurs, on en dénombrait 41 au départ du Tour, dont Maryse Hilsz sur Moth-Morane, Maryse Bastié sur Caudron et Marcel Lalouette sur Farman, qui s’est notamment illustré sur cette dernière étape en parcourant les 187 kilomètres séparant Douai d’Orly en 1 heure et 5 minutes, arrivant premier aux commandes de son Farman 231 doté d’un moteur Renault de 95 chevaux.

En tout, durant ce Tour de France de dix-sept jours, les compétiteurs auront réalisé un raid de 4 000 kilomètres, sans qu’aucun accident grave ne vienne gâcher la fête ! (c) Stéphanie Meyniel

01 MAI au 30 SEPTEMBRE 1931

Coupe d'aviation Zenith remportée par Edouard Bret encore une fois.

10 MAI 1931

Meeting traditionnel de l'UCPF.

30 MAI 1931

Réunion d'une cinquantaine d'appareils de tourisme organisée par la FN Aé.

06 JUIN 1931

Rallye Parachutes au Parc Roland Garros à Orly

18 JUIN 1931

Vers 11h30, un avion militaire piloté par le sergent Francastel est entré en collision avec 2 autres appareils après son atterissage. Le mécanicien Decostèquère est tué, 2 autres blessés.

"Le Petit Journal" et "Le Petit Parisien" du 19/06/31

Di 23 au 30 AOUT 1931

Coupe Dunlop Tour De France organisée par la société Dunlop avec au départ 26 avions, seulement 22 reviendront. Départ le 23 août d'Orly pour Montluçon et retour le 30 depuis Le Touquet-Berck.

Retrouvez un article complet avec les participants et le classement sur ce blog : Passionsdesavions.blogspot.fr

 

1. /   2.   /   3.

1. Affiche de la coupe   /  2. carte postale /  3. Départ du "Clermont-Tonnerre" (c) BNF

4.    /   5.   /   6. 

4. Arrivée d'Arnoux et Brebant (c) BNF / 5. Arrivée de la coupe (c) Jacques Hémet

03 SEPTEMBRE au 13 OCTOBRE 1931

Concours technique pour avions de tourisme avec seulement 9 participants. Concours le 22 septembre puis tour de France avec retour à Orly le 13.

19 NOVEMBRE 1931

Vers 15h30, un biplan piloté par Vedy ayant comme passagère Mme Muguette Henry a fait une chute suite à une perte de vitesse. La passagère est tuée et Vedy blessé.

"Le petit Parisien" et "Le petit Journal" du 20/11/31

1932

14-15 MAI 1932

Meeting traditionnel de l'UCPF.

03 au 12 JUIN 1932

2ème Tour de France des avions de tourisme, avec 55 avions. Les avions sont abrités dans un hangar à dirigeable avant le départ du 04. 1ère étape Orly-Berck. Seulemet 43 avions seront à l'arrivée le 09 juin entre Deauville et Buc.

Extrait d'un article paru dans un journal avec le règlement des concours (en .pdf) / Article plus complet du site passionpourlaviation.fr

26 JUILLET 1932

Inauguration par le ministre de l'Air, Paul Painlevé, d'un pavillon à 2 étages pour le Club aéronautique Roland-Garros comportant 180 membres et 40 appareils. Ces appareils sont utilisés pour des baptèmes de l'air, des rallyes ou pour l'entrainement.

? au 15 OCTOBRE 1932

Coupe d'aviation Zenith avec 16 concurrents. Coupe remportée par Henri Boris.

du 16 au 23 OCTOBRE 1932

Circuit de propagande de la Fédération Nationale Aéronautique avec 5 avions. Seulement 3 reviennent le 23 octobre.

18 DECEMBRE 1932

Départ de René Lefèvre pour un périple de Paris à Saigon aller-retour à bord d'un petit avion de tourisme, un Mauboussin. Il aura parcouru les 30 000 kms en 10 jours et 7 heures pour arriver à Saigon. Air Journal

1933

     

1933

Dirigeable E-9 (c) British Pathé

Sa 18 MARS 1933

Retour de René Lefèvre depuis Mont-de-Marsan, après un périple de Paris à Saigon aller-retour à bord d'un petit avion de tourisme, un Mauboussin. Air Journal

25 AVRIL 1933

Première (?) ligne aérienne régulière entre Orly et Tours (avion avec 1 passager) avec survol des châteaux de la Loire.

04 MAI 1933

(c) IGN

18 JUIN 1933

Concours d'élégance organisé par l'Aéro-Club de France avec une cinquantaine d'avions.

21 au 30 JUILLET 1933

3ème Tour de France des avions de tourisme. 57 avions partent d'Orly le 21 et 50 rentreront le 30.

17 SEPTEMBRE 1933

Avant dernière étape du tour de France des prototypes entre Auxerre et Orly.

?? au 25 SEPTEMBRE 1933

Coupe d'aviation Zenith sur 1578 km avec 5 participants, remportée par Maurice Finat.

10 OCTOBRE 1933

L'avion école piloté par Jacques Croset, ayant pour passager Daniel Bacheret, s'écrase suite à une perte de vitesse. Les 2 occupants sont blessés.

"Le petit Parisien" du 19/10/33

31 DECEMBRE 1933

Au cours d'un vol-promenade qu'il effectuait avec une passagère, Mme Delaunay-Belleville, le pilote Alexandre Meccas est venu écraser son appareil dans un champs à Athis-Mons. Les 2 sont tués.

"Le Petit Parisien" et "Le Petit Journal" du 01/01/34

1934

25 FEVRIER 1934

Après avoir décollé du centre d'aviation d'Orly, aux commandes d'un Morane-Saulnier 230, le pilote Grillot se livra à un exercice de combat aérien avec le Sgc Beyneton, qui pilotait un MS.230? - Pendant l'engagement, l'avion du Sgc Benneyton entra en collision avec celui de Grillot lui tranchant l'empennage - Grillot réussi à évacuer son appareil en perdition, en sautant en parachute, malheureusement trop bas pour survivre - Le Sgc Benneyton, qui n'a pas évacué son avion, a été tué dans sa chute - Les deux avions se sont écrasés à Saint-Michel-sur-Orge, près de Monthléry.

"Le Petit Journal" et "Le Petit Parisien" du 26/02/34

Concours d'élégance organisé par l'Aéro-Club de France avec une cinquantaine d'avions.

AVRIL 1934

Le CV Martin, sous-chef d'Etat Major Mer de l'armée de l'Air est tué dans l'accident d'un FBA 294 de la SLE d'Orly à Ablon.

30 JUIN 1934

André Maillet se tue à Orly au cours du vol de prise en main d'un Caudron 400 phalène par le banquier David Weill qui est blessé.

"Le Petit Journal" et "Le Petit Parisien" du 01/07/34

? au 25 SEPTEMBRE 1934

Coupe d'aviation Zenith avec 4 participants, remportée par Jacques Puget sur le Caudron Rafale 530 F-ANAN.

27-28 SEPTEMBRE 1934

Passage du Challenge International de Tourisme. Après des épreuves à Varsovie, la seconde partie est un rallye de 9500 km dont une étape à Orly en provenance de Berlin et sont repartis le lendemain pour Séville.

08 au 14 OCTOBRE 1934

Tour de France des prototypes. Départ le 08 et retour le 14 à Orly.

 

"En octobre 1934, le F.196 participe au Tour de France des prototypes. Il est piloté par l'adjudant Pasquier, accompagné du sergent Koll. Les 14 avions civils et militaires qui participent à cette manifestation sont, outre le Farman196, un Dewoitine D 500 (qui s'arrêtera à Toulouse sur accident), un Morane MS 225, un Breguet Br 27, un Potez Po 39, un Morane MS 230, un Bloch MB 200, un ANF Mureaux 110 R2, 2 Phrygane Salmson, le Farman F.390 et un Mauboussin Corsaire. Les avions décollent d'Orly le 8 octobre pour un périple de 4855 km en France, Espagne et Maroc; le retour à Orly est prévu le 22 octobre. La première étape est Bourges, puis Brioude où les attend Laurent Eynac et Béziers. A la suite des incidents survenus en Espagne, le ministère de l'air et la Fédération Aéronautique de France, organisatrice du Tour, décident de supprimer les étapes d'Espagne, du Portugal et du Maroc. L'itinéraire est donc réduit à Perpignan, Toulouse et Pau (12/10), Biarritz et Bordeaux (13/10), Angoulême et Tours (13/10), puis Tours et Orly où les avions atterrissent le 14, n'ayant parcouru que 1795 km." (c) www.crezan.net

1935

Tondre le terrain

 

"la bergerie se trouvait sur le périmètre du camp d'Orly. La tondeuse à gazon n'existait pas à l'époque, et l'herbe aurait gêné l'atterrissage des avions. Les pistes n'étaient pas faites. Les moutons jouaient un rôle indispensable. Ils venaient d'Afrique du Nord et étaient acheminés en train jusqu'à la gare d'Athis. Là, le berger les conduisait à pied jusqu'à Orly. Comme il fallait traverser des routes, le berger venait à l'école demander de l'aide et nous étions tout heureux de gagner quelques sous. On se tenait par la main, on barrait les routes tout au long du chemin pour permettre le passage des moutons." raconte un écolier d'Athis-Mons.

Cartes Postales

16 MARS 1935

Collision en plein vol entre un appareil militaire piloté par René Castenada et un appareil civil avec à son bord Wladimir Gourine et Nicolas Botscharoff, ces deux derniers trouvant la mort.

"Le Petit Journal" num 26358 du 17/03/35 et "Le Petit Parisien" du 17/03/35

30 AVRIL 1935

Le capitaine Paul Serge accompagné de son moniteur Lécrivain se tue lors d'une manoeuvre de vrille. Lécrivain est éjecté de l'avion, un MS.230, et n'est que blessé gràace à l'ouverture automatique de son parachute. L'avion s'écrase tuant Paul Serge.

"Le Petit Parisien" et "Le Petit Journal" du 01/05/35

10 JUIN 1935

L'adjudant-chef Carrier se tue après avori effectué des acrobaties avec la patrouille militaire d'Etampes.

"Le Petit Parisien" et "Le Petit Journal" du 10/06/35

15 JUILLET 1935

Les militaires prennent possession de l'aérodrome. Le Groupement Roland-Garros manifeste son mécontentement en partant pour Toussus. Son bâtiment étant devenu inoccupé, il est réquisitionné par l'armée.

? au 26 SEPTEMBRE 1935

Coupe d'aviation Zenith remportée par Henri Boris sur Caudron 660 F-ANAL.

07 OCTOBRE 1935

Rassemblement de l'aviation légère (dont un vol en formation de 3 Pou du ciel) devant une foule immense. Avec 8 Pou du ciel, un motoplaneur Leroy, 2 motoplaneurs SFAN, un biplan Léopoldoff.

18 au 27 OCTOBRE 1935

Tour de France des prototypes. 15 avions civils et militaires quittent Orly pour une tournée de 2140 km. Ils rentrent sur Orly le 27.

Le ministre de l'Air, le général Denain, confirme par lettre, le statut d'aérodrome civil d'Orly.

1936

18 JUILLET 1936

Vers 17h, un Nieuport 62 appartenant à la division d'entraînement d'Orly, a fait une chute dans un champ situé sur la commune d'Orly, à 2 kilomètres environ au nord de l'aérodrome. L'adjudant Tournier est tué.

"Le Petit Parisien" et "Le Petit Journal" du 19/07/36

? au 16 SEPTEMBRE 1936

Coupe d'aviation Zenith, avec 2 participants, remportée par Maurice Arnoux sur Caudron C-660.

du 08 au ? SEPTEMBRE 1936

Circuit de propagande de la Fédération Nationale Aéronautique avec 13 avions.

04 OCTOBRE 1936

Coupe Georges Dreyfus pour avions légers. 9 participants, coupe remportée par Ridray sur SFAN.

1937

26 AVRIL 1937

L'aviateur Georges Catois et son passager Marcel Fabre atterrissent violemment sur un terrain d'Athis-Mons blessant grièvement les 2 personnes.

"Le Petit Parisien" et "Le Petit Journal" du 19/07/36

11 JUIN 1937

Vers 18h30, l'appareil au moment de l'atterrissage heurte une ligne électrique.Une aile se détache et l'avion s'écrase et prend feu. Le pilote américain, Mille Lorenzo, n'est que légèrement blessé.

"Le Petit Parisien" et "Le Petit Journal" du 19/07/36

? au 24 SEPTEMBRE 1937

Coupe d'aviation Zenith, avec 2 participants, remportée par Maurice Arnoux sur Caudron C-660.

du 04 JUILLET au 01 AOUT 1937

Rallye avion de la France Outre Mer et national (84 avions de toutes nationalités).

03 AOUT 1937

Un avion piloté par Raymond Degutter transportant Mlle Georgette Rousseau pour un baptême de l'air, s'est écrasé à Longjumeau blessant sérieusement les 2 occupants.

"Ce soir" du 04/08/37

02 OCTOBRE 1937

Départ du Tour de Présentation des Avions prototypes organisé par la Fédération Aéronautique Française. (3 avions militaires, 2 avions de toursime étrangers et 4 avions civils française). Durée 9 jours et 18 villes visitées.

07 OCTOBRE 1937

Accident d'un avion piloté par le Sergent Garant et Berry.

1938

05 MARS 1938

Orly compte 16 écoles et clubs de pilotages. Ces dernières organisent de nombreuses fêtes et meetings.

16 MAI 1938

Alors qu'il survolait à une centaine de mètres l'aérodrome d'Orly, un avion piloté par M. Laromillière s'est abattu. L'aviateur et sa femme ont été blessés assez grièvement.

"Ce soir" du 17/05/38

1938

Congrès de l'aviation de tourisme.

1939

Superficie : 285 hectares
Les LOGS AVION de l'année : 1939

28 et 29 MAI 1939

Meeting traditionnel de l'UCPF.

08 et 09 JUILLET 1939

Concours des jeunes brevetés

08 NOVEMBRE 1939

Les avions de la DALAC (Division des Avions de Liaison de l'Administration Centrale) arrivent à Orly.

16 NOVEMBRE 1939

Un Bristol Blenheim de la Royal Air Force ayant à son bord le pilote, le radio et un observateur, venait de quitter Orly lorsqu'il est tombé dans la Seine à Villeneuve-Saint-Georges. Le corps de l'aviateur a été repêché mais ceux des 2 passagers n'ont pas été retrouvés.

"Le Petit Parisien" et "Le Petit Journal" du 16/11/39

22 DECEMBRE 1939

A bord d'un Loire-Nieuport LN-401, le second maître Alexis Lansonneur se présente en phase d'atterrissage vers la piste nord/sud d'Orly, mais gêné par un autre appareil, il décroche et sa faible vitesse ne lui permet pas de reprendre de l'altitude. L'avion s'écrase dans un champ. Il est tué sur le coup.

1940

Les LOGS AVION de l'année : 1940

MAI 1940

Les avions de la DALAC (Division des Avions de Liaison de l'Administration Centrale) quittent Orly pour être basés à Buc et Brétigny.

18 MAI 1940

Arrivée de l'escadrille GC III/7 sur Morane 406.

21 MAI 1940

Arrivée du groupe de reconnaissance 2/33 équipé de Bloch 174 et Potez 63.

23 MAI 1940

Le capitaine Antoine de Saint Exupéry s'envole d'Orly aux commandes d'un Bloch 174 n°24 afin de délimiter les positions amies et ennemies entre Arras et Douai.

 

Equipage: Capitaine de Saint-Exupéry, pilote; lieutenant Dutertre, observateur; sergent Mot, mitrailleur, sur Bloch 174 /nº 24. Reconnaissance à moyenne altitude avec protection de la chasse et prendre si possible des photographies. 
Itinéraire : Orly, Meaux, prendre la chasse, puis Compiègne, Rosières-en-Santerre, Bry-sur-Somme, Albert, Arras (2), Douai et retour. 
Partant de Meaux escorté par 9 Dewoitines 520, temps incertain. A Compiègne, rencontre d'un grain. Altitude: 300 mètres. Albert: des avions sont rangés devant les hangars, quelques éléments de tranchées. Peu après Albert, D.C.A. très active. Passé aux environs de Bapaume. Vu de loin Arras en feu. Avant d'arriver à Arras, rentré dans un orage et perdu la chasse. Sorti de l'orage à 200 mètres d'altitude et tombé sur une forte attaque de chars ennemis, à 3 km. Sud-Ouest d'Arras, attaquant en direction d'Arras. D.C.A. très forte. L'avion est touché : un réservoir d'huile crevé. Fait demi-lour et regagne Orly. La mission a duré 1 h. 40 à une altitude variant entre 300 et 50 m. (c) Journal de marche du Groupe de reconnaissance 2/33

31 MAI 1940

Le capitaine Antoine de Saint Exupéry s'envole d'Orly aux commandes d'un Bloch 174 n°22.

 

Equipage: Capitaine de Saint Exupéry, pilote ; lieutenant Azambre, observateur ; 2ème classe Blondel, mitrailleur, sur Bloch 174 /nº 22. 
Reconnaissance photographique à haute altitude.
Itinéraire: Orly, Tergnier, Péronne, Amiens, Abbeville, Orly. Mission photographique pleinement réussie, sans histoire. Durée : 2 h. 20. Altitude : 9.600 mètres.

~01 JUIN 1940

Départ de l'escadrille GC III/7 sur Morane 406.

03 JUIN 1940

OPERATION PAULA

 

Raid surprise sur la région parisienne, dont Orly, d'une quarantaine de Heinkel 111 allemands. Une 'centaine' d'avions civils sont épargnés car enfermés dans un des hangars à dirigeable.

 

Témoignage d'un matelot de l'EGAM d'Orly Ernest MARTIN

« Personnellement le 3 juin 1940 à 13H15 c’est moi, sur l’ordre du Capitaine de Vaisseau Bonnot qui se trouvait derrière moi, qui ai actionné la sirène d’alarme. La DAT nous annonçait environ 200 bombardiers se dirigeant vers nous. Avec le Commandant nous sommes descendus à l’abri souterrain où nombre d’Officiers arrivaient en même temps que les bombes commençaient à pleuvoir. La DCA, des 90 marine, tirait rageusement ; quand nous sommes remontés, le centre militaire, le centre radio étaient écroulés et d’un bloc sortait le bras de l’ingénieur Cochin. A la DCA un matelot nommé EVIN, de ce service était allongé mort près de la bordure du trottoir . Nous avons eu à déplorer la perte du LV LEROUX et plusieurs matelots dont le Sans Spécialité LOMACHE qui était de garde aux essences. Le terrain était labouré, cependant quelques jours plus tard le Jules Verne atterrissait (un miracle).

Les télégraphistes le QM ROGER et le matelot VALLERY étaient restés à leurs postes malgré l’intensité du bombardement et la voiture du Commandant qui brûlait sur le trottoir juste au dessous, le QM ANDRAULT dans le centre radio était gravement blessé.

A partir du 3 juin 1940 l’étendue des destructions rendait tout travail sérieux impossible . Il fallu dégager les morts et envisager alors le repli sur Rochefort où le Capitaine de Frégate se trouvait déjà dans un veil arsenal.» (c) Ernest MARTIN via anciensmarins.fr

08 JUIN 1940

Le Farman NC223.4 F-ARIN "Jules Verne" militarisé (opérait pour la Poste) se pose à Orly après le succès du premier raid d'un bombardier française sur Berlin. Pour l'occasion, l'avion était couvert de peinture noire pour être moins visible de nuit. L'avion fait un fuel stop avant de continuer sur Lanvéoc. Quelques heures après, Orly fût bombardé.

12-13 JUIN 1940

La marine débute son transfert à Rochefort suite à l'arrivée des allemands en région parisienne. Les quelques aviosn encore en état partent vers le sud et une quarantaines de véhicules à Rochefort. La base marine sera officiellement fermée le 14.

    

~16 JUIN 1940

Les allemands s'emparent du terrain. Une douzaine de canons de 88 anti-aériens sont installés. Les escadrilles Jagdgeschwader JG54 et JG21 sur Messerschmitt Bf.109E, Kampfgeschwader KG51 sur Ju.88A passent par Orly.

 

  

(c) livre Aircraft of the Luftwaffe fighter Aces II

 

(c) History & Memory

nuit du 14 au 15 NOVEMBRE 1940

Les JU.88 participent au bombardement de Coventry.

"Le Petit Journal" du 15/11/40

nuit du 06 au 07 NOVEMBRE 1940

Les JU.88 participent au bombardement de Londres.

"Le Petit Journal" du 07/11/40

1941

Les LOGS AVION de l'année : 1941

MARS 1941

L'escadrille Kampfgeschwader 51 (KG51) avec ses bombardiers Junkers Ju.88A quittent le terrain d'Orly.

1.   2.

1. Ju.88 pour pièces détachées / 2. Ju.88 9K+AL

1942

Les LOGS AVION de l'année : 1942

19 JUILLET 1942

Après être resté un aérodrome de secours, ré-armement, réparation d'avions, il reprend un rôle d'interception pour la campagne 'défence du Reich' avec l'arrivée de l'escadrille Zerstorerschule 2 (ZG 2) avec des Messerschmitt Bf.110 d'interception.

1943

Les LOGS AVION de l'année : 1943

1943

Les escadrilles SG 102 sur Ju-87, la JG105, ls SG101 sur Bf.110 (puis Hs.129, Ar.96, Fw.190) passent sur Orly.

1944

Les LOGS AVION de l'année : 1944

Une petite histoire d'une Jeep américaine n° 136 utilisée à Orly racontée sur le site Milinfo

 

"Voici un bref résumé de l’histoire de cette jeep exposée au JEEP MOTOR VILLAGE par Denis LE PRIOL de JEEP VILLAGE.

 

Après la réquisition de ses champs par la Luftwaffe autour d’Orly, Monsieur THUREAU alors agriculteur dans la région parisienne, récupéra l’intégralité de ses terres avec la libération. Sauf qu’il n’avait plus de moyen agricole pour labourer et devant l’impétuosité du petit 4x4 dont se servaient les américains sur la base de l’Air Force d’Orly, Monsieur THUREAU jeune, décida d’aller demander une jeep aux troupes américaines!

 

Devant un premier refus, l’accord ne se fut pas attendre quand le général commandant la base s’en mêla et après négociation de deux caisses de champagne, il put repartir avec ce qui était pour lui, un futur tracteur agricole en puissance et qui servit pendant de longues années. Avec en plus le carburant qui coulait à flot sur la base et dont il n’eut jamais à payer la moindre goutte, tant il « dégueulait » hors de la goulotte de remplissage !!!

 

Seule demande du général, étaie d’effacer tous marquages pouvant l’identifier à l’appartenance de la base.

 

J'ai eu la chance de rencontrer Monsieur THUREAU, pour qui j’ai une pensée encore émue, bien que décédé à ce jour et qui a eu l’intelligence de faire don de sa jeep historique, à Denis LE PRIOL, gérant de JEEP VILLAGE mais grand collectionneur aussi de ces 4x4. C’est d’ailleurs dans les ateliers de JEEP VILLAGE qu’elle fut complètement restaurée d’après les photos époques prêtées par Monsieur THUREAU. - Jérôme Hadacek"

 

L'histoire plus complète est parue dans le magazine '4x4 Story' numéro 48 publié en 2013 (sujet 'La Jeep de Monsieur Thureau' sur 5 pages)

1. 2. 3. 4.

1. La Jeep en fonction // 2. 1946 La jeep sans marquage dans les champs autour d'Orly // 3-4. La Jeep en 2013 (c) Milinfo.org

DEB 1944

Installation des escadrilles Kampfgeschwader 6 et 30 (KG 6 / KG30) avec des Junkers JU.88A dans le cadre de l'opération de fin de guerre 'Opération Steinbock'.

10 MARS 1944

Départ de l'escadrille SG101. Les allemands

18 AVRIL 1944

Bombardement par des B-17 américains.

AVRIL à JUIN 1944

7 bombardements alliés ont lieu dont ceux de mai qui détruisent les 2 hangars à dirigeables.

20 MAI 1944

MISSION 359 du 8th Air Force

 

Cette mission avait pour cibles Orly, Villacoublay, Reims et la Belgique.

 

90 Boeing B-17 américains ont pris part au bombardement d'Orly. Ces avions étaient escortés par des P-38, P-47 ou P-51. Sur les bombardements parisiens, 4 B-17 ont été gravement endommagés et 48 touchés. 20 militaires ont été tués et 6 blessés.

"L'Echo d'Alger" du 21 et 22/05/44

 

 

20/05/44 (c) United States National Archives

 

Quelques escadrons de bombardiers ayant pris part à cette mission de la 8th Air Force.

 

* Mission 156 pour le 303rd Bomb Group (composé du 360th Bomb Squadron et 427th Bomb Squadron) avec 12 B-17 + 2 en secours (42-97391, 42-31483, 42-102569, 42-31423, 42-97096, 42-102432, 42-39885, 42-31997, 42-97329, 42-107097, 42-31340, 42-97841, 42-107048, 42-38050), larguant 72 bombes (6 par avion). Rapport 303rdbg.com (pdf)

 

* Mission 110 pour le 384th Bomb Group avec 12 B-17 (42-31484, 42-37758, 42-37792, 42-37822, 42-37974, 42-97178, 42-97188, 42-97309, 42-102402, 42-102459, 42-102518, 42-107148) + 2 en secours (42-97521, 42-97204) + 3 non utilisés (42-102500, 42-97282, 42-38014). Rapports de chaque avion 384thbombgroup.com

24 MAI 1944

MISSION 367 du 8th Air Force

 

Cette mission avait pour cibles Berlin, Melun, Orly, Creil, Pix.

151 B-24 Liberator américains ont bombardé Orly. 33 furent endommagés sur la totalité des 490 B-24 attaquants la région parisienne. Ces avions étaient escortés par des P-38, P-47 ou P-51.

446th BG - 24/05/44 (c) United States National Archives

 

Quelques escadrons de bombardiers ayant pris part à cette mission de la 8th Air Force.

 

* Mission 59 pour le 446th Bomb Group avec 34 B-24 ayant lachés 108 tonnes de bombes.

25 JUIN 1944

MISSION 442 du 8th Air Force

 

Cette mission, composée de 463 appareils (B-17, B-24), avait pour cible Villacoublay, Orly, Buc, pont de Soigny, pont de Sens, Nogent, Etampes, Nanteuil, Evreux, Brétigny.

Orly a été touché par 18 B-17 sur les 189 engagés dans la région.

JUIN 1944

06/06/44 (c) United States National Archives

JUILLET 1944

Nombreuses attaques de B-26 Marauder et P-47 Thunderbolt pour empécher la luftwaffe d'utiliser le terrain.

AOUT 1944

                                       

11/08/44 (c) IGN

08/08/44 (c) IGN

La dernière escadrille allemande, la KG 30, quitte Orly pour Achmer en Allemagne.

22 AOUT 1944

Les premiers avions militaires américains arrivent. L'US Army prend possession de l'aérodrome classé A-47.

Des travaux de remise en état du terrain sont entrepris par les américains équipé d'un imposant matériel moderne et par les 2 000 ouvriers chargés par les Ponts et Chaussées français du déblaiement du terrain détruit par les bombardements.

Des P-47 Thunderbolt du 313th Tactical Squadron arrivent à la fin du mois.

 

La première tour de contrôle est construite (elle est toujours visible en 2014 et est utilisée par un service technique d'ADP mais les 2 derniers étages ont disparus en 2015 car trop fragile). Elle installe aussi un radar mobile sur une remorque. Il est utilisé en mode GCA (Ground Control Approach). Il permet à un contrôleur de guider l'avion uniquement en phase d'approche en site et en gisement.

1.  2.  3.

1. avec un radar plus récent (c) ? / 2. Carte postale / 3. en 2014 (c) agoaye.Com

SEPTEMBRE 1944

         

09/09/44 : 2 soldats américains dant les restes d'un hangar à dirigeable /

14/09/44 : 2 soldats américains devant les restes du Bf.110 RL+EF avec au fond les restes d'un hangar à dirigeable

 (c) United States National Archives

05 SEPTEMBRE 1944

Le 50th Fighter group arrive avec ses P-47 Thunderbolt mais ne restera que jusqu'au 28 septembre.

OCTOBRE 1944

La première piste Nord/Sud est rallongée par les américains (piste 1, 1865 x 60m, elle sera nommée plus tard 03/21). Elle est équipée pour les atterrissages aux instruments des Douglas DC-4 de l'Air Transport Command. L'aérodrome est considéré comme un aérodrome de commande et de liaison.

1945

Superficie : 760 hectares
Les LOGS AVION de l'année : 1945

MARS 1945

La Marine française revient à Orly avec l'arrivée des Mureaux de l'escadrille 31S avec notamment ses Bloch 161 Languedoc (8 exemplaires, grosse maintenance faite par Air France) et ses SO 30P Bretagne.

 

2.

2. Le Bloch 161 Languedoc de la 31S n°13 (c) AAMAIDF

 

Anecdote de Brand Robert (publié sur anciens-cols-bleus.net)

A la 31S Orly, au début des années 50, les matelots et Q/M opérant sur les Languedoc ne disposaient d'aucun équipement de travail adéquat mis à part le "bleu de chauffe" que personne n'utilisait. Notre magasin d'habillement "le marché aux puces" de la pote de Clignancourt où il était facile de se procurer des boots d'aviateur de la RAF et des combinaisons et casquettes d'origine diverses, une partie de la solde y passait. L'Etat Major de la 31 S autorisait ces tenues hétéroclites, l'essentiel étant que les Languedocs soient parés pour assurer la ligne.

24 OCTOBRE 1945

La société Aéroport de Paris est créée. Société publique dotée de l'autonomie financière et dont la mission est d'exploiter et de développer l'ensemble des installations de transport civil aérien ayant leur centre dans la région parisienne, conformément au rapport de A. Bozel.

1946

Visiteurs pour l'année : 300 000 passagers
Les LOGS AVION de l'année : 1946

06 FEVRIER 1946

Ouverture de la première aérogare provisoire. Elle est composée de 3 baraques préfabriqués en bois de 20 mètres de côté juxtaposées offrant 900 m2 de surface. Ce batîment au toit rouge comporte une salle d'arrivée, une salle de départ, une autre pour les douaniers et policiers et une faisant fonction de bar avec un stand de journaux.

Carte Postale : Aéro-Port d'Orly 'Le ciel d'Artois en vol' (JO.6)

 

Premier vol international régulier avec l'arrivée d'un Lockheed Constellation NC86511 de la TWA de New York LGA (la TWA a déjà opéré des vols militaires à Orly pour l'Air Transport Command). Arrivé après 15h58 de vol avec 36 passagers à bord.

 

Extrait du livre "Orlywood" de Bob Maloubier

« [...] Lorsque les 36 passagers débarquent, les bagagistes refusent de vider les soutes, sous prétexte que leur local n'a pas été balayé ! Quand un directeur empoigne un balai et fait voler la poussière, ils consentent en maugréant à reprendre le travail. A cette instant le camion de bagages tombe en panne. Le bulldozer venu le dépanner le défonce... et écrase les valises des passagers.[...]" (c) Bob Maloudier

21 NOVEMBRE 1946

Les américains rendent Orly à la France avec 1 piste en béton de 1550m (futur 8L/26R) et 1 piste Nord/Sud de 1865m x 60 (03/21). Le radar mobile est remplacé par un radar Gilfillan utilisé aussi en mode GCA. L'US Air Force loue une partie de l'aéroport à l'Est, Orly est la base aérienne américaine 1630.

1947

Passagers pour l'année : 484 522, 256 avions en hiver, 195 en été
Les LOGS AVION de l'année : 1947

04 JANVIER 1947

Décret portant application de l'ordonnace du 24 octobre 1945.

12 DECEMBRE 1947

Le C-47A F-BCYF d'Air Algérie est endommagé de façon irréparable.

Fin 1947

Ouverture d'une 3 ème piste, en béton Est/Ouest de 2120 m x 60 m (26L/8R).

1948

Passagers pour l'année : 576 931
Les LOGS AVION de l'année : 1948

 

~1948 Le F-BAZD devant l'aérogare / Plein en cours (c) Musée Air France

1948

La Marine : Anecdote de Serge Bavoux

 (publié sur le forum anciens-cols-bleus.net)

 

Le 1er janvier 1948 je suis muté à la 31S à Orly.
La joie !!!
L’escadrille 31S appartient en fait à la BAN Les Mureaux qui nous administre.
Nous sommes détachés à Orly, où sur l’aéroport, nous possédons une baraque dite de piste.
Le parking de nos avions est fait de plaques métalliques trouées, s’imbriquant les unes dans les autre, d’origine US.
Nos cantonnements sont situés hors de l’aéroport, sur la route qui vient de Paris.
Ils sont constitués d’un ancien hôtel, qui a du être occupé par les Allemands durant la guerre, habité par les officiers mariniers, et de deux baraques en bois, à l’arrière pour les quartiers-maîtres et matelots.
Baraques qui ont du aussi connaître des « trouffions » teutons.
C’est l’escadrille ministérielle (à cette époque il y a un ministre de La Marine, plus exactement un secrétaire d’état) qui assure des liaisons avec toutes les unités marine outremer et également avec les forces d’occupation marine en Allemagne (flottille du Rhin).
Nos avions, des Junkers 52 pris aux allemands, ou AAC1 « Toucan », des Bloch 161 Languedoc tout neufs et quelques autres appareils, NC701 Siebel, Ventura vont à Dakar, Alger, Tunis, Casablanca, Friedrichshafen en Allemagne.
Il y a aussi un monomoteur Noralpha, quadriplace, réservé uniquement au ministre (secrétaire d’état à la marine Johannes Dupraz) Pilote : George Max Glover, mécano QM Weinborn).
Quand le ministre vient à Orly, son chauffeur l’amène dans un superbe coupé Delaye 135 Figoni de couleur beige clair, équipé d’un moteur 6 cylindres en ligne, tu parles d’un capot !
Je suis affecté aux visites d’entretien et de réparation des Ju52 où le travail du jeune matelot inexpérimenté que je suis consiste bien souvent à nettoyer des capotages et à remplir de graisse HPF les chapeaux de culbuteurs des moteurs BMW 132Z3, 9 cylindres en étoile, 735 CV, qui équipent ces avions.
Le temps passant on me confie des opérations plus délicates : réglages des jeux de culbuteurs, réglage des magnétos, visites après vol, dépannage en piste, préparation avant vol, etc...
Je suis comblé le jour où, sous la conduite d’un SM, je peux lancer les moteurs et effectuer un point fixe !
En janvier et février il a fait très froid.
Les préparations pour vol commencent parfois dès 04h00 du matin où nous devons dégivrer les avions en aspergeant les gouvernes avec de l’alcool éthylique.
Nous devons aussi réchauffer les moteurs avec de l’air chaud produit par une sorte de lampe à souder, du moins ça fonctionne selon le même principe, montée sur un châssis Citroën U23.
Cet engin me fait peur et à chaque mise en route je redoute l’explosion !
Je suis de temps à autre de service à la baraque de piste où je reste seul le soir ou le dimanche.
Hors la surveillance générale, ce service consiste surtout à réceptionner des messages téléphoniques et à aviser les équipages concernés, ceux du Noralpha et du Ventura, en particulier, d’avoir à se tenir prêts aux voyages des notabilités et du ministre.
Les membres de ces équipages doivent impérativement laisser un N° de téléphone où les joindre.
[...]
Ce service est très cool et quand je suis seul le soir il m’arrive d’enfourcher la « Harley Davidson », dont seul le pacha se sert de temps à autre, et de faire quelques tours sur les pistes de roulement à l’intérieur de l’aéroport, après avoir débranché le compteur !
Certains font même venir leur petite amie pour meubler ces temps de garde !
Cela m’est arrivé une fois, je n’avais pas la conscience tranquille et je n’ai pas renouvelé !
Il y a d’autres « cas » à l’escadrille, tel le QM Jourdain de Coutance, marquis dans le civil !
Il est chargé du service transit ; parmi les « grosses légumes » qui utilisent la 31S il y a deux généraux de ses oncles.
[...]

(c) Serge Bavoux (via anciens-cols-bleus.net)

01 JANVIER 1948

Inauguration de l'aérogare provisoire Nord par M. J. Moch.

(c) INA

MARS 1948

Ouverture de l'aérogare Nord 'en dur' (n'existe plus dans les années 2000). Il va recevoir 1900 voyageurs par jour.

12 JUILLET 1948

Le DC-4 F-BBDL d'Air France s'écrase à l'atterrissage et est détruit par le feu. Pas de blessé sur les 12 personnes à bord.

07 OCTOBRE 1948

Marcel Cerdan rentre à Orly dans le Loockheed Constellation F-BAZL d'Air France après sa victoire à New York contre Tony Zale en championnat du monde des poids moyens.

Une vidéo : (c) INA via Aviatechno.net

20 NOVEMBRE 1948

Le C-47 ZS-BWX est dérouté sur Orly mais s'écrase sur des maisons après avoir heurté des cables électriques.

1949

Passagers pour l'année : 761 116
Les LOGS AVION de l'année : 1949

08 AVRIL 1949

Un atelier de réparation prend feu faisant 1 mort et 5 blessés.  "Le Parisien" du 09/04/49

21 AVRIL 1949

ADP devient le gestionnaire de l'aéroport.

14 MAI 1949

18 ème salon aéronautique dont, pour la première fois, une partie se tient en dehors du Grand Palais avec des démonstrations et une parade aérienne à Orly sur cette journée.

          (c) BNF

JUIN 1949

La Marine : Anecdote de André Pieres

(publié sur le forum anciens-cols-bleus.net)

 

Mois de Juin 1949, j’étais alors mécanicien volant, patron d’appareil sur Bloch 161 à la 31 S Orly.

Ce jour là nous faisions des tours de piste en entraînement pilote sur le « Ciel de Parray Vieille Poste » comme l’avait baptisé l’équipe de piste, vu que depuis le début du mois nous ne faisions que cela pour entraîner le Lt. Hurel et le Maitre Ortusi en vu de leur lâcher comme pilote chef de bord, l'OE. Ducos était leur instructeur.
Nous en étions au 4 ou 5 ième décollage et jusque là tout ce passait bien, alignement en bout de piste, mise de gaz et décollage. A ce moment l'OE Ducos me demande de passer le moteur 4 en drapeau. Etonnement de ma part, vu que la manœuvre n’avait pas été prévue par avance comme cela se faisait d’habitude.Obéissant, je commence les actions pour mettre l’hélice en drapeau, quand Ducos me dit : Regarde-le ton moteur, jetant un œil par le hublot, je m’aperçoit que l’hélice n’était plus là.
Rien n’avait été ressenti, l’avion se comportait comme d’ordinaire.  Ducos me dit par la suite qu’il était en train de synchroniser les moteurs droits par le spectre des hélices quand il l’avait vu partir sur la droite de l’aile.Toutes les dispositions étant prises nous avons terminé notre tour de piste et nous nous sommes posés sains et sauf.
Cet incident a été très court car sans hélice le moteur en survitesse a fait une rupture d’embiellage et s’est arrêté instantanément. Arrivé au parking et au vu des dégâts nous avons seulement réalisés que nous avions frôlé la catastrophe.
C’était le jour de la saint Jean et nous avions beaucoup de Jean à l’escadrille. L’équipe de piste était allée se ravitailler à l’épicerie d’Orly en vu du pot prévu le midi. Une personne, entrant leur demande si l’avion qui tourne depuis ce matin leur appartient. Sur leur réponse affirmative il leur dit : il vient de perdre une hélice qui n’est pas tombé très loin. Leur retour se fit sur les chapeaux de roues pour nous stationner et avec nous examiner les dégâts.
(c) André Pieres (via anciens-cols-bleus.net)

SEPTEMBRE 1949

Air France améliore ses services aux passagers en lançant des repas chauds à bord de ses avions grâce au service hôtelier d'Orly.

27 OCTOBRE 1949

Le Constellation L.749 F-BAZN d'Air France décolle à 20h05 d'Orly pour rejoindre New York via une escale sur l'île de Santa Maria. A son bord, la violoniste Ginette Neveu et le boxer Marcel Cerdan. L'avion s'écrase durant son approche sur l'île. Aucun survivant.

SOURCES :

- Informations personnelles

- Aéroports De Paris / Paris Aéroport

- Conférence de Jeanine HENIN (présidente de l'association historique du Longboyau) en 1995

- Magazine Icare n°233 de Juillet 2015

- Site Port-aviation.com

- Nombreux sites internet divers

- Un grand merci à Pierre-François MARY pour ses corrections et ajouts.

 

 

TERMES D'UTILISATION

Aucune partie de ce site personnel et non commercial, document, article ou autre, présenté, ne peut être stocké, utilisé, reproduit sous n'importe quelle forme que ce soir pour une utilisation privée

 ou publique sans l'autorisation de son auteur respectif selon l'article L.122-4 du code de la propriété intellectuelle. L'auteur ne peut être tenu responsable des erreurs éventuelles publiées dans ce site et

 tout auteur d'une oeuvre présente sur ce site a la possibilité de faire modifier, effacer tout ou partie de son oeuvre selon l'article 34 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés.

 Certaines parties de ce site sont protégées par CopyrightDepot.com numéro 00036213.

 

Copyright © Février 2004 AIRKALO.COM - AIR KALO est une marque déposée n° 3902147