ACCUEIL

ACCIDENTS

04 MARS 1988 / F27 F-GCPS

 

 

 

DERNIERE MODIFICATION : 19/03/2015

 

LES AVIONS / LES VOLS

Avion : Fairchild FH-227BCaravelle III

Immatriculation : F-GCPS

Numéro de série : 546

Premier vol : 1967

Compagnie : TAT

Vol : IJ 5230

Trajet : Nancy-Essey LFSN/ENC - Paris-Orly LFPO/ORY

(c) Avimage

L'ACCIDENT

Date : Vendredi 04 Mars 1988, 07h37z

Lieu : Paris-Orly

Phase du vol : En approche

Victimes : 23 sur 23 personnes à bord

 

Le vol 230 a décollé à 06h53 de Nancy pour Paris-Orly et est monté à une altitude de croisière de FL140. A 07h26, l'avion a été autorisé à descendre à FL90 et FL70 tard. En approchant de la MEL VOR, la clearance a été donnée pour descendre plus bas au niveau FL60. Rien de plus a été entendu pendant le vol par la suite. Il est apparu qu'il y a eu un mauvais fonctionnement du système électrique. Le contrôle a été perdu, l'avion est descendu rapidement et a frappé des lignes électriques et s'est écrasé.

 

Immédiatement après uns panne électrique survenue en conditions météorologique de vol aux instruments, l'avion s'est mis en piqué. La commission n'a pu acquérir aucune certitude quant à la cause de cette mise en descente catastrophique. Après avoir éliminé différentes hypothèses infirmées par les faits et constatations établis et après avoir pris connaissance des résultats des essais en vol effectués à sa demande, la commission a considéré comme étant affectée de la plus forte probabilité, l'hypothèse selon laquelle la panne électrique entrainant la perte de toute référence d'attitude et le débrayage du pilote automatique se serait produite alors que l'avion était en configuration 'hors trim' à piquer importante.
En l'absence d'horizon de secours autonome, l'équipage n'avait aucune référence d'attitude immédiatement utilisable alors que l'avion était en piqué à grande vitesse.

 

Le rapport officiel d'enquête de l'accident a déclaré qu'il y avait 23 décès. Une plaque commémorative sur le site de l'accident énumère cependant 24 noms.

Une hôtesse de l'air qui devait effectuer le vol était arrivée en retard à l'aéroport et n'avait pu embarquer dans l'appareil. Ce retard lui a sauvé la vie.

Olivier Lejeune, fondateur de la société Olitec et à l'époque plus jeune PDG de France était à bord de l'appareil.

DOCUMENTS / MEDIAS

/!\ Certaines images peuvent choquées

 

Journal télévisé Antenne 2 du 04/03/88 - (c) Dailymotion / Ina

Journal '?

 

Site 'Le Parisien.fr' du 05/03/04 - (c) LeParisien.fr

 

Toujours un mystère

 

LES FAMILLES des 24 victimes mortes dans l'accident d'avion survenu à Machault

le 4 mars 1988 ne sauront jamais précisément ce qui s'est passé. Pour une raison

inconnue, le Fokker de l'ancienne compagnie TAT (Transport aérien transrégional) s'est

pulvérisé contre un pylône à haute tension dans un champ le long de la départementale 107. Pour comprendre le drame, une longue procédure s'est engagée, mais après dix ans d'instruction, lajustice a décidé qu'il n'y avait pas lieu de poursuivre pénalement. Seules certitudes : le crash a tué les trois membres d'équipage et tous les passagers, et des débris de l'avion ont été retrouvés jusqu'à 800 mètres du lieu de l'accident. On sait également que le Fokker avait décollé à 6 h 55 de Nancy. Arrivé vers 7 h 40 dans le ciel parisien, l'avion avait dû effectuer une ronde d'attente au-dessus de Melun, les pistes d'Orly étant encombrées.

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne/toujours-un-mystere-05-03-2004-2004804168.php

 

Site 'Le Parisien.fr' du 04/03/08 - (c) LeParisien.fr

 

Un Fokker s'écrasait à Machault

 

LE 4 MARS 1988 à 7 h 37, un Fokker s'écrasait dans un champ à Machault, près de Melun. Bilan : 24  morts dans le crash de cet avion de la TAT parti de Nancy à destination de Paris. Selon les experts,  aucune faute de pilotage n'est à déplorer. L'origine du drame résiderait plutôt dans la maintenance. Plus  exactement, les modalités d'entretien de certains matériels électroniques embarqués, et plus particulièrement les convertisseurs de tension, pièces essentielles pour l'alimentation électrique de l'appareil.

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne/un-fokker-s-ecrasait-a-machault-04-03-2008-3296105944.php

 

Site 'Senat.fr' - 1989 (c) Senat.fr

 

Accidents d'aviation : conclusions de la commission d'enquête

9e législature

 

Question écrite n° 04520 de M. Albert Voilquin (Vosges - RI)

publiée dans le JO Sénat du 27/04/1989 - page 657

M. Albert Voilquin attire l'attention de M. le ministre de l'équipement, du logement, des transports et de la mer sur les conclusions de la commission d'enquête publiées à la suite de l'accident du Fokker de la T.A.T. Paris-Nancy, qui s'est écrasé le 5 mars 1988 dans la région de Melun. Un autre appareil desservant la ligne Paris-Valence, du même modèle, vient d'ailleurs d'être victime aussi d'un accident dans le Vercors. Les explications fournies ne sont pas satisfaisantes, ni pour les familles des victimes, ni pour les usagers, ni pour le pays. Comprendre pourquoi une simple panne d'alimentation électrique a fait " tomber comme une pierre " le Fokker de Nancy relève du contrat qui lie un transporteur à ses passagers... C'est aussi une obligation morale à l'égard des victimes. Le ministre en question en a parfaitement conscience. Il n'est plus possible d'affirmer : " Nous irons jusqu'au bout de la vérité " et de s'arrêter en chemin... Il lui demande de ne pas déclarer l'enquête close sans autre explication.

 

Réponse du ministère : Équipement

publiée dans le JO Sénat du 10/08/1989 - page 1248

Réponse. - Il est d'ores et déjà évident que les causes des deux accidents de Fairchild FH 227 survenus respectivement dans les environs de Melun et à Valence, sont de nature totalement différente. La commission d'enquête sur l'accident du Fairchild Nancy-Paris élabore actuellement son rapport dont la partie " analyse " détaillera les conditions et les conséquences de la panne électrique et les hypothèses de déroulement des faits qui peuvent en être tirées. Ce rapport fera également apparaître la masse des expertises, essais au sol et en vol qui ont été réalisés mais n'ont malheureusement pas permis d'arriver à une conclusion unique et formelle. Le ministre de l'équipement, du logement, des transports et de la mer rappelle à l'honorable parlementaire que les enquêtes techniques n'ont pour objet que la recherche des causes des accidents en vue de prendre les mesures susceptibles d'en éviter le renouvellement. L'enquête peut donc être considérée comme ouverte aussi longtemps qu'une conclusion définitive n'a pu être dégagée. Il a cependant paru raisonnable, par égard aux victimes, à leur famille et à l'opinion publique, au moment où la commission d'enquête sur l'accident du Nancy-Paris pense avoir épuisé ses possibiltés de recherche compte tenu des éléments dont elle disposait, de rendre compte de l'ensemble de son travail et de ses conclusions dans un rapport qui sera publié au Journal officiel. Il va de soi que si des éléments nouveaux susceptibles de conduire à une explication sans faille de l'accident apparaissent, l'enquête serait reprise et un rapport complémentaire établi. Quant à l'enquête relative à l'accident survenu à Valence, elle se poursuit activement après la publication d'un premier rapport dont les conclusions ont été rendues publiques en mai 1989. http://www.senat.fr/questions/base/1989/qSEQ890404520.html

 

Site 'Le Parisien.fr' du 05/03/04 - (c) LeParisien.fr

 

Un hommage aux victimes de l'accident d'avion

 

PRÈS DE 80 PERSONNES sont venues hier matin à Machault, près du Châtelet-en-Brie, pour rendre hommage aux 24 personnes mortes dans un crash d'avion survenu le 4 mars 1988 sur la liaison Nancy-Paris.

« Même après seize ans, le devoir de mémoire est très présent. Maintenant que nous sommes propriétaires du terrain, nous allons pouvoir encore mieux l'entretenir », se réjouit Jean-Jacques Sahut, membre de l'association des retraités des anciennes compagnies aériennes TAT, Air Lib et AOM (Artalom). Les familles ont été touchées par les changements. Cette année, les familles ont découvert un site tout rénové.
L'Artalom, qui louait à un agriculteur depuis quinze ans le terrain où s'est déroulé le drame,
est devenue depuis quelques mois propriétaire de la parcelle. « Depuis 1989, une stèle 
(NDRL : confectionnée par une école professionnelle et industrielle de Nancy) a bien été érigée. Mais hormis ce monument, le champ était complètement laissé à l'abandon. Cette année, nous avons pu désherber, aménager un chemin et poser une plaque commémorative », se félicite Jean-Raymond Veit, président de l'association.
Des changements qui ont touché les familles. « C'est important car c'est ici en fait que reposent nos proches », témoigne une dame ayant perdu son mari dans l'accident. Une autre renchérit : « Je me souviens que pour la première cérémonie en 1989, il
y avait de la neige et que c'était difficile d'arriver jusqu'à la stèle. » D'autant que certains viennent de loin pour rendre hommage : la plupart des victimes du crash résidaient en Lorraine,
en Vendée ou en Charentes. C'est le cas de Philippe, qui a fait le déplacement depuis Nancy.

« Mon père était le pilote de l'avion », lâche-t-il en rejoignant rapidement le groupe recueilli devant ces quelques mots : « Comme un aigle qui prend son envol, envole-toi vers le bonheur.»

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne/un-hommage-aux-victimes-de-l-accident-d-avion-05-03-2004-2004804167.php

 

 

RECITS / TEMOIGNAGES

 

PHOTOS

/!\ Certaines images peuvent choquées

(c) INA

(c) INA

(c) INA

(c) Aerosteles.net

(c) Aerosteles.net

(c) Aerosteles.net

(c) Aerosteles.net

(c) Aerosteles.net

 

SOURCES

Aérostèles : http://www.aerosteles.net/fiche.php?code=machault-fokker

Aviation Safety :http://aviation-safety.net/database/record.php?id=19880304-0&lang=fr

INA

Le Parisien

Senat : http://www.senat.fr/questions/base/1989/qSEQ890404520.html

Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Vol_230_TAT

-

 

 

TERMES D'UTILISATION

Aucune partie de ce site personnel et non commercial, document, article ou autre, présenté, ne peut être stocké, utilisé, reproduit sous n'importe quelle forme que ce soir pour une utilisation privée ou publique sans

 l'autorisation de son auteur respectif selon l'article L.122-4 du code de la propriété intellectuelle. L'auteur ne peut être tenu responsable des erreurs éventuelles publiées dans ce site et tout auteur d'une oeuvre présente

 sur ce site a la possibilité de faire modifier, effacer tout ou partie de son oeuvre selon l'article 34 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés. Certaines parties de ce site sont protégées

 par CopyrightDepot.com numéro 00036213.

 

Copyright © Février 2004 AIRKALO.COM - AIR KALO est une marque déposée n° 3902147